Les pièges du marketing alimentaire


Le marketing est-il un poison?


Je pose sérieusement la question.


Selon le Larousse, le marketing est « l’ensemble des actions qui ont pour objet de connaître, de prévoir et, éventuellement, de stimuler les besoins des consommateurs à l'égard des biens et des services et d'adapter la production et la commercialisation aux besoins ainsi précisés ».


On passera sur le « éventuellement » devenu « obligatoirement » 😉


Plus intéressant dans cette définition, le marketing viserait à adapter l’offre à nos besoins.


En matière d’alimentation, le moins qu’on puisse dire est que ce ne soit pas vraiment le cas.


Le marketing flatte nos désirs, brouille nos perceptions plus qu’il ne répond à nos besoins 👎


C’est ce que j’explique dans l’enquête que je viens de publier dans TopSanté, intitulée « Les pièges du marketing alimentaire ».


Que retenir de cette enquête?


Trop de produits affichent des allégations nutritionnelles ou de santé non validées par les autorités européennes : ainsi 44% d'entre elles seraient inexactes selon le dernier rapport de la DGCCRF - Ministère de l'Économie ( juin 2021).


Et quand un produit affiche une allégation autorisée et/ou vraie ce n’est pas une garantie que le produit soit bon pour la santé dans sa globalité : un jus de fruits riche en vitamine C peut aussi l’être en sucres !


👉 « Ces allégations nous disent une vérité, mais pas toute la vérité », résume bien François Mariotti, l’un des experts de mon enquête.


Les labels et les notations peuvent être trompeuses. Ce n’est pas parce qu’un produit est estampillé « bio », « sans gluten », madeinfrance » et j’en passe, qu’il est de bonne qualité nutritionnelle. Pour cette enquête, j’ai ainsi repéré une glace dite « artisanale », « sans colorant », « sans gluten » « fabriquée en France » qui comporte 15 lignes d’ingrédients, 6 additifs, dont un potentiellement dangereux pour la santé !


Idem avec les images et packagings qui faussent nos perceptions : un yaourt avec de beaux fruits photographiés sur l’emballage peut n’en contenir en réalité qu’un faible pourcentage et un packaging recyclable abriter la pire des cochonneries…


Conclusion? « Le marketing consiste à mettre en avant ce qui est positif, et c’est tout », dixit Pierre Chandon, autre expert sollicité pour cette enquête.


Alors méfiance : gardez vos distances avec les belles promesses du marketing






33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout